Coalition

/web/photos/Coalition.pngPorter à la scène « ce qu'il est impossible de mettre en scène »: beaucoup renonceraient, voire n'y songeraient pas. Tristero et Transquinquennal l'ont fait. Les collectifs bruxellois, l'un francophone l'autre flamand, avaient déjà uni leurs visions – une affinité certaine pour l'« ici et maintenant », pour la transparence de la convention qui les lie au public – dans le passé (L'un d'entre nous, en 2006) ; ils se sont retrouvés sur ce projet, coproduit par le KunstenFestivaldesArts et le Kaaitheater. Le sujet, en l'occurrence, relève de l'imprévisible: l'accident, la catastrophe, la survenue du malheur et comment l’humain qu’il frappe tente de l’expliquer. Le théâtre n'échappe pas à cette menace et voilà le public, dans la petite salle des Kaaitheaterstudio’s, prévenu autant que pris dans un abyme exemplaire. Compilation plus que récit, mi-litanie mi-lexique ironique, Coalition soulève à force de faits une vague d’interrogations, un mini-tsunami d’anecdotes dont la confrontation baigne le tout dans un humour parfois presque potache, mais surtout tissé d’inquiétude, semé de doute – le vrai, le faux, le rire franc ou jaune, l’autodérision et le dérisoire. Tout ça sous un titre tellement belge... (M.B.) Coproduction Tristero & Transquinquennal / KunstenFestivaldesArts & Kaaitheater Reprises : les 2 et 3 octobre au Campo de Gand. Le 4 décembre au Kc nOna de Malines. Les 8 et 9 décembre à la Comédie de Saint-Étienne (F).

Hamelin

/web/photos/Hamelin.pngLa force nue du théâtre, une épure absolue, mise en scène par Christophe Sermet: Hamelin de l'auteur espagnol Juan Mayorga fut un coup d'éclat de la saison du Rideau de Bruxelles, invité au théâtre des Doms à Avignon cet été. Enquête inachevée ou procès anticipé d'un scandale de pédophilie, en écho au conte de Grimm (souvenez-vous de ce joueur de flûte qui délivra la ville de ses rats mais la priva aussi de ses enfants), Hamelin est magistralement cerné sous l'angle du langage, qui dévoile, ment, stimule l'imagination, renverse les certitudes et nous laisse dans l'irrésolution. Balayant toute représentation du réel, avec une poignée de chaises, de la craie sur les murs bruts, une unique mise en lumière de plein feu, la mise en scène de Christophe Sermet, artiste associé au Rideau de Bruxelles s'appuie sur de formidables comédiens, choeur et indivus, qui s'échangent les rôles, menés par Thierry Lefevre, l'« annoncier », le narrateur du détail de l'action, du jeu, du lieu, Fabrice Rodriguez, le supposé prédateur et Serge Demoulin, le juge. Ambigus, complexes, tous font de leur sobriété un atout essentiel pour porter, nourrir la parole d'Hamelin dans une langue ironique, acérée, qui bouscule et émeut. (M.F.) Hamelin, de Juan Mayorga, mise en scène de Christophe Sermet, au Rideau de Bruxelles et au Théâtre des Doms à Avignon.

Si demain vous déplaît

/web/photos/Si_demain_vous_déplaît.pngSensible comme une intimité dévoilée, le dernier opus d'Armel Roussel touche la métaphysique (individuelle) et le vivre ensemble (politique), avec l'art du spectacle pour nous servir. Dans Si demain vous déplaît, texte joliment ficelé en deux temps (le réel et l'évasion, comédie silencieuse et tragédie musicale), le théâtre se fait partition collective: les comédiens-personnages commentent et sondent «le moi et le monde», interrogent les visions du bonheur, une scientifique décortique l'amour, le DJ est transcendent, l'adolescent questionne le communisme, l'anarchisme, le libéralisme…. Un mur s'écroule mais "tout reste à tenter" écrit l'artiste. Armel Roussel, formé à l'INSAS, dynamite le spectacle, secoue le public et marque les mémoires: Roberto Zucco, Les Européens, Enterrer les morts/réparer les vivants, Hamlet, Pop?, Fucking boy... Pourtant avec Si demain vous déplaît, quelque chose a changé qui nous a émus: l'artiste y gueule autrement. Sur scène, son savoir-faire est là sans surcharge, au meilleur de lui-même, orchestrant allegro ma non troppo une équipe de fidèles à des comédiens nouveaux. Comme une œuvre de maturité, Si Demain vous déplaît pose sereinement des colères (fondamentales) récurrentes d'Utopia (1 et 2), sans rejeter le monde tel qu'il est… Un tournant?(N.A.) Si demain vous déplaît, création collective de la Cie Utopia 2, écrit et mise en scène d'Armel Roussel. Coproduction avec le Théâtre Varia et le Théâtre de la Place. Reprise au Théâtre de la Place du 6 au 8 octobre2009, au Varia du 16 au 24 octobre 2009. www.utopia2.be